15 July 2024
# Tags

Newcastle United en pourparlers avec la société saoudienne Sela

Newcastle est en pourparlers pour un contrat de 25 millions de livres avec Sela, une société d’événementiel liée à l’Arabie Saoudite et dont le site Internet indique qu’elle est détenue par le Fonds d’investissement public (PIF).

La Premier League et l’Uefa devront toutes deux approuver l’accord de 25 millions de livres entre Sela, le probable futur sponsor maillot de Newcastle United. Il se murmure que les hauts responsables du football se demandent même si les règlements couvrent correctement la situation, étant donné que les sponsors du club auraient en fin de compte les mêmes propriétaires.

À la lumière de la nouvelle de l’accord, le groupe de défense des droits de l’homme FairSquare a mis en garde la Premier League contre la capacité des « États autocratiques » à « dissimuler facilement la source de financement ». Étant donné que Newcastle United s’est qualifié pour la Ligue des champions, le parrainage devra également être revu par l’Uefa.

Le contrat du club avec la société de jeu Fun888 expire cet été et la hiérarchie de St James’ Park est actuellement en pourparlers avec Sela, au point que la Premier League a été contactée. Bien qu’il soit entendu que la transaction représente la juste valeur du marché étant donné la qualification pour la Ligue des champions, la question de certains cadres du jeu est de savoir si les nouvelles réglementations sont aussi pertinentes dans ce cas, étant donné qu’elles concernent le même propriétaire.

Le PIF a acheté 80 % du club en 2021 lors d’un rachat controversé, et les règles du fair-play financier limitent actuellement le financement par le propriétaire, les clubs étant autorisés à perdre un maximum de 30 millions d’euros sur une période de contrôle de trois ans, à condition que 25 millions d’euros de cette perte soient couverts par le propriétaire par le biais d’un achat d’actions.

Les 18 autres clubs non étatiques ont fait part de leurs préoccupations à la Premier League concernant ces questions dans le sillage de la prise de contrôle, craignant d’être dépassés par des contrats de parrainage gonflés provenant d’entreprises d’États autocratiques tels que l’Arabie saoudite.

Tirées de la page 132 du manuel de la Premier League, les nouvelles règles stipulent que « chaque transaction entre parties associées doit être soumise au conseil d’administration (sous la forme et avec les détails requis par le conseil d’administration) afin que le conseil d’administration puisse procéder à une évaluation de la juste valeur marchande de cette transaction ».

Des experts indépendants évaluent également toutes les transactions potentielles.

« Les États ne fonctionnent pas selon les mêmes règles que les entreprises et les États autocratiques se dispensent souvent de toute règle », a déclaré FairSquare, un groupe de défense des droits de l’homme, dans un communiqué transmis à The Independent.

« Leur capacité à dissimuler facilement la source de financement, que ce soit pour l’achat de clubs ou pour injecter de l’argent dans leur club par l’intermédiaire de tierces parties nominalement indépendantes, est une raison supplémentaire pour laquelle ils ne devraient pas être impliqués dans la propriété de clubs. Sela est une agence de gestion d’événements décrite comme « la première représentation officielle d’athlètes dans la région [du Golfe] », dont le site web indique « détenue par le Fonds d’investissement public ».

La société a été fondée par le Dr Rakan Al-Harthy, qui est également nommé directeur de Qiddiya, un projet de divertissement également détenu par le PIF. Le président de Newcastle, Yasir Al-Rumayyan, siège également au conseil d’administration de Qiddiya, qui est présidé par le prince héritier Mohammed bin Salman.

Le site web de Qidiya indique : « Le Dr Rakan Al-Harthy est le fondateur et le directeur général de Sela Company. Il siège également au conseil d’administration de plusieurs autres sociétés, dont l’Event Investment Fund et la Qiddiya Investment Company. Entrepreneur et innovateur, le Dr Al-Harthy a fondé la société Sela (connue à l’origine sous le nom de Sela Sports) il y a près de 25 ans et en a dirigé le développement stratégique. Grâce à des efforts conjoints entre les entités gouvernementales et le secteur privé, Sela a participé à la croissance des industries multirécréatives ».

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *